Rechercher
  • Manon Vixège

L’aliment ultra-transformé

De quoi parle-t-on lorsque l’on nomme les aliments, ultra-transformés ? Ce sont des boissons et des produits alimentaires dont la fabrication comporte différentes étapes et techniques de transformations et qui font appel à des ingrédients spécifiques dont beaucoup sont utilisés exclusivement par l'industrie. Le but ici est de créer des produits à plus ou moins longue durée de vie, faciles à utiliser, attractifs, pas chers et qui sont prêts à être consommés directement.


D’un point de vue santé plus un aliment est transformé, plus il est assimilé rapidement par l’organisme, et plus il est susceptible d’impacter de façon négative la santé à long terme. Certains additifs alimentaires, utilisés dans ces produits, peuvent entrainer des effets néfastes sur l’organisme si leur consommation est quotidienne.

Attention ces aliments concernent également les produits de type, bios, vegans, sans gluten... Une étude montre qu’un régime végétarien (supposé être meilleur que le régime hyper-protéiné courant dans nos assiettes) se révèle délétère lorsqu’il est basé sur ces aliments ultra-transformés.


Une classification a été élaboré par des chercheurs épidémiologistes brésiliens à la suite d’observation de certaines maladies, comme le diabète de type 2 ou encore l'obésité, qui semblaient être les conséquences de régimes alimentaires centrés en grande partie autour d'aliments ultra-transformés. La classification NOVA est aujourd’hui reconnue par les décideurs politiques notamment dans les rapports de la FAO. Elle permet la classification des aliments selon l'étendue et l’objectif de la transformation des produits, plutôt qu'en fonction de la valeur nutritionnelle (comme le Nutri-score). On y retrouve 4 groupes : - 1 : Les aliments peu ou pas transformés (œuf, lait, légumes, fruits, champignon …) - 2 : Les ingrédients culinaires (vinaigre, fécule de maïs, sel, sucre, huiles végétales …) servent à préparer les aliments du groupe 1, en règle générale.

- 3 : Les aliments transformés, avec pour objectif d’augmenter la « durée de vie » des aliments du groupe 1, de modifier ou d’améliorer leurs qualités gustatives (ex : fruits au sirop avec ajouts d’antioxydants, les viandes salées séchées avec ajouts de conservateurs)

- 4 : les aliments ultra-transformés, ils sont souvent constitués de substances industrielles que l’on ne retrouve pas en cuisine (lactosérum, lactose, huiles hydrogénées, caséine ...). Ce sont les sodas, pâtes à tartiner, chocolat, barres énergétiques, snacks …

Les aliments ultra-transformés représente entre 40 et 50% de l’offre alimentaire dans les supermarchés et hypermarchés. Mais peut-on encore manger de tout et continuer à se faire plaisir dans les supermarchés ?! Bien sûr, il vous suffit d'apprendre à reconnaitre les aliments ultra-transformés en regardant l’emballage : - Plus la liste d’ingrédients est longue et moins on reconnait de noms, moins c’est bon signe (75% des articles en magasin présentant plus de 5 ingrédients sont ultra-transformés) - Les allégations santé inhabituelles (« riche en fibres », « pauvre en sucre » …), méfiez-vous. Il existe aussi l’indice Siga qui s'est inspiré de la classification NOVA. Vous pouvez installer l'application sur votre téléphone, elle vous permettra de scanner et de repérer les produits les plus naturels, donc les moins transformés. Si le produit affiche un indice de 5, 6 ou 7 on parle de produit ultra-transformé.


Il est important de varier son alimentation, la consommation de produits ultra-transformés est à limiter au maximum, cependant le plaisir est toujours le bienvenu!